0

Les Favor'i 2024

17ème cérémonie des Favor'i

3 questions à Nathan Labat, Cofondateur et dirigeant du site e-commerce bio La Fourche

Nathan Labat est le cofondateur et dirigeant de La Fourche, une plateforme e-commerce bio qui a remporté le prix Espoir du concours de la Fevad Les Favor’i l’année dernière. Au travers de cette interview, Nathan revient sur sa distinction de l’an passé, le futur de son business et sa vision sur l’e-commerce de demain, qui devra être éco-responsable pour espérer survivre : “la prise en compte des enjeux écologiques ne sera plus simplement un facteur de différenciation mais sera décisive économiquement dans les stratégies d’entreprise”. 

1) Vous avez gagné le prix Espoir du concours Les Favor’i l’année dernière, comment est-ce que cette distinction vous a aidé à développer votre business ?

L’année 2021 a été une année charnière pour nous ! Nous avons fêté notre troisième anniversaire en juin 2021 et comptons aujourd’hui plus de 50 000 adhérents. Nous avons également investi une nouvelle plateforme logistique en Ile-de-France, six fois plus grande que la précédente ! Gagner le trophée jeune pousse a été un fantastique coup de boost, tant en termes de visibilité que de rencontres professionnelles qui nous ont permis d’accroître davantage notre développement.

2) Quelle est la vision pour les prochaines années pour La Fourche ? Dans quelles directions se dirige votre business ?

Nous voulons devenir la référence de la consommation positive en Europe. Entre le lancement de la livraison zéro-déchet, l’ajout d’un rayon anti-gaspi, le lancement de la consigne de bocaux en verre, nous sommes toujours en recherche de nouveaux projets pour démocratiser la consommation responsable. Nous allons également poursuivre la co-création de produits avec nos adhérents, qui sont véritablement au cœur de notre entreprise.

3) Comment voyez-vous l’e-commerce évoluer dans les mois à venir ?

Nous croyons profondément que l’e-commerce doit être un moteur pour lutter contre le changement climatique et ne doit pas se contenter de suivre ou d’accompagner les changements de consommation. Les lignes bougent, tant mieux, il faut aller encore plus loin ! Dans les mois et les années à venir, la prise en compte des enjeux écologiques ne sera plus simplement un facteur de différenciation mais sera décisive économiquement dans les stratégies d’entreprise comme les nôtres.

Découvrez les finalistes du Prix du Jury dans la catégorie Espoir !

Les nouveaux acteurs du e-commerce doivent rivaliser d’ingéniosité pour espérer se faire une place sur un marché déjà très compétitif. Le prix du Meilleur Espoir du e-commerce, c’est une manière de récompenser l’audace et la créativité de ces jeunes disrupteurs. L’an dernier, c’est le magasin bio en ligne La Fourche qui avait remporté la médaille d’or, suivi par la première couche-culotte écoresponsable en abonnement Les Petits Culottés et de la plateforme d’électroménager durable Ma Garantie 5 ans. Le cofondateur et dirigeant de La Fourche, Nathan Labat, fait le point dans cette interview pour la Fevad sur ce que lui a apporté ce prix et l’évolution de sa start-up depuis l’an dernier.

Alors que le palmarès de l’an dernier reflétait une tendance très claire vers l’éco-responsabilité, cette tendance continue en 2022 avec dans les finalistes la plateforme de seconde main pour enfants Il Était Plusieurs Fois ou le spécialiste des voyages pour personnes handicapées Mobee Travel. La liste des finalistes de cette année met aussi à l’honneur le social commerce avec The Bradery, et des modèles d’e-commerce de proximité, comme Chronovet pour acheter de l’alimentation pour son animal de compagnie via son vétérinaire, ou Pharmazon pour acheter des médicaments via sa pharmacie de proximité.

Découvrez ici les 5 finalistes du Prix du Jury dans la catégorie Espoir, et suivez la remise des prix sur BFMTV le 10 février pour connaître le grand gagnant.

Les 5 finalistes qui se disputent le prix du Meilleur Espoir :

Le site e-commerce pour les vétérinaires

En 2015, le site internet Chronovet a été créé par plusieurs vétérinaires praticiens indépendants. Chronovet ne vend que des produits vétérinaires et de l’alimentation pour les animaux de compagnie. Les marques les plus réputées sont mises en avant sur la marketplace et il y a un large choix : produits pour chats, chiens, rongeurs, lapins, furets, oiseaux, reptiles et chevaux.

Un des points forts du site est le prix. Les clients des vétérinaires achetaient l’alimentation pour leur animal de compagnie sur des sites pure players. Grâce à Chrononet, le vétérinaire propose de l’alimentation 30 % moins cher à ses clients. Le vétérinaire conserve donc ses clients tout en gagnant une marge et le client bénéficie d’un prix intéressant. La livraison des produits est très rapide : entre 24 et 48 heures car les centrales vétérinaires partenaires ont des entrepôts près des cliniques qui commandent chez Chronovet. De plus, le vétérinaire peut s’abonner au service afin de recevoir sa commande à la fréquence qu’il souhaite. Ce service est disponible en France et en Belgique.

Une plateforme e-commerce de vêtements de seconde main

La marketplace Il Était Plusieurs Fois a été créée en 2016. C’est un site qui propose des vêtements pour enfants de la naissance à l’adolescence, issus du re-commerce. Il y a beaucoup de concurrents dans ce marché tels que Vinted et LeBonCoin, mais Il Était Plusieurs Fois est la seule marketplace à s’être spécialisée dans l’univers enfant.

Aujourd’hui, le site a réussi a développé son processus de traitement interne : en moins de 3 minutes ils sont capables de trier, repasser, photographier, mettre en ligne et stocker ! Leur stratégie repose surtout sur le sourcing des produits. Leur taux de vente des articles sources est de 97 % et 70 % des produits sont vendus en moins de 10 jours. La marque souhaite se développer davantage via son réseau d’ambassadrices et via le B2B (ils opèrent déjà un site en marque blanche pour l’une des références françaises sur le marché du textile enfant). De plus, une application mobile et l’accès aux marchés internationaux sont des développements que la marque envisage dans le futur.

Le spécialiste en séjours pour les personnes à mobilité réduite ou en situation de handicap

Grâce à Mobee Travel, les personnes à mobilité réduite ou en situation de handicap peuvent organiser des vacances et séjours. Le site permet des voyages accessibles à tous et s’engage à être éco-responsable : pour chaque réservation, ils plantent un arbre.

Depuis 2018 ce site a adapté son service client avec un accompagnement personnalisé ainsi qu’un service de prestations d’aide médicale et de matériel médical pendant le séjour. Aujourd’hui, ils labellisent plus de 30 000 hébergements. Une partie de leur stratégie de développement est d’accroître l’offre hébergement par la labellisation. De plus, le site a initié une activité de Tour Operating pour que les agences de voyages puissent proposer ce service à leurs clients. Enfin, Mobee Travel souhaite s’étendre à l’international dans les années à venir.

Le site e-commerce pour les pharmaciens

Pharmazon est une marketplace créée en 2015 dédiée aux pharmaciens. La plateforme est une centrale d’achats de tous les produits non remboursables que les pharmaciens vendent en magasin. Ce concept a fonctionné très rapidement pour trois raisons : l’interface B2B est proche du e-commerce traditionnel car le pharmacien se comporte comme un acheteur, beaucoup de laboratoires sont référencés donc le choix est large (10 000 références) et l’innovation car ce marché a été réveillé par ce nouveau mode de distribution.

Pharmazon a connu une évolution importante en septembre 2021 en ouvrant le site aux particuliers. Aujourd’hui, le site est devenu un site e-commerce accessible par tous. Le particulier peut commander son produit via la marketplace, choisir sa pharmacie et aller récupérer sa commande. La pharmacie commande les produits demandés par les particuliers sur la plateforme B2B et attend que le client vienne les chercher.

La marketplace de ventes privées pour les jeunes

The Bradery est un site e-commerce créé en 2018 qui organise des ventes privées. L’équipe de The Bradery choisit les “plus belles marques” à destination des jeunes. Le site ne produit pas de vêtements mais les fait connaître auprès de sa communauté. Certains de leurs concurrents sont Veepee et Vinted.

Une des particularités de The Bradery est qu’ils n’ont pas de base client mais une communauté avec laquelle ils co-construisent la marque. La marque a été créée sur Shopify sans technologie interne, ils dépendent complètement du géant e-commerce. En 2021, The Bradery s’est étendu à l’international, avec Barcelone et Amsterdam. 

Découvrez les finalistes du Prix du Jury dans la catégorie Éco-responsable !

Le 10 février prochain, le jury de l’événement Les Favor’i, présidé par Philippe de Chanville, honorera les gagnants de 3 grands prix, dont le Prix Éco-responsable. Un prix qui reflète un enjeu majeur pour l’e-commerce, à l’heure où les consommateurs remettent en question leurs modes de consommation et les considèrent de plus en plus comme un moyen d’agir pour la planète et pour un monde plus inclusif.

Aujourd’hui, 2.356 entreprises dans le monde se sont engagées à réduire leurs émissions carbone avec des objectifs suffisamment ambitieux pour contribuer à l’objectif des Accords de Paris, d’après l’organisation Science-Based Targets qui a pour but d’aider la transition zéro carbone des sociétés. Les entreprises e-commerce sont très attendues sur ces sujets, d’autant que le géant du e-commerce Amazon a fait des promesses ambitieuses pour assurer sa transition zéro carbone. Amazon a déjà investi $2 milliards dans sa transition vers la neutralité carbone qu’ils veulent atteindre d’ici 2040.

Outre la transition carbone, la diversité reste une ambition forte pour les entreprises depuis plusieurs années, et les plateformes web sont un outil incomparable pour rapprocher diverses communautés. Les sociétés embauchent également plus de femmes, de minorités et de personnes en handicap. Par exemple, 50% des employés de la marque Nike sont des minorités, et la société vise 50 % de représentation des femmes dans son effectif mondial en 2025 (CNBC, 2021). Ce type d’initiative n’est pas prêt de s’arrêter d’autant que d’après une étude faite par McKinsey, les entreprises avec un plus grand nombre de femmes au niveau de la direction sont 21 % plus susceptibles de surpasser leurs compétiteurs en chiffre d’affaires.

Ces enjeux se révèlent aussi être de formidables opportunités d’innovation, comme le démontrent nos 5 finalistes. Ne manquez pas l’événement qui sera diffusé en live sur BFMTV ainsi qu’à la radio et sur le digital, pour découvrir le grand gagnant ! 

Les 5 finalistes qui se disputent le prix

Une initiative environnementale qui lutte contre les suremballages

Cdiscount figure parmi les finalistes une seconde fois grâce à son programme “sans suremballage”. Avec 26 millions de visiteurs uniques par mois, Cdiscount expédie près de 25 millions de colis annuellement, donc trouver une solution pour diminuer les emballages a toujours été un enjeu majeur. Les démarches déjà mises en place: des cartons en matériaux recyclés, une réduction dans la consommation de carton et des solutions d’emballage réutilisables.

La dernière initiative de non-suremballage date de 2019. Elle permet aux clients de recevoir leurs colis sans suremballage. La case “non-suremballage” est cochée par défaut (le client peut recevoir un suremballage s’il le souhaite). 98% des clients choisissent cette option, ce qui montre la popularité de cette solution. Grâce aux clients qui gardent l’option sans suremballage, plus de 500.000 ont été économisés annuellement, ce qui représente 150 tonnes de carton évitées.

la start-up qui vise à créer des liens intergénérationnels grâce à la cohabitation

Fondée en 2019 à Paris, la startup Colette Club réinvente la cohabitation intergénérationnelle: la plateforme connecte des étudiants aux seniors qui ont des chambres disponibles chez eux. Le but est de rentabiliser les chambres vides dans les appartements des seniors tout en donnant accès à une chambre de qualité à prix abordable à des étudiants et jeunes actifs. En plus de cet aspect pratique et économique, la startup souhaite créer des liens de solidarité entre les jeunes et les seniors afin d’encourager davantage la cohabitation intergénérationnelle.

La communauté Colette compte déjà 350 hôtes et 400 chambres disponibles à Paris et en région parisienne. En 2022, la startup souhaite étendre ses activités à d’autres villes françaises qui comptent beaucoup de seniors et d’étudiants qui seraient intéressés par cette initiative.  

Offre d’emplois et de formations pour les personnes en situation de handicap mental ou cognitif

Cafe Joyeux est une société de cafés-restaurants qui a la particularité d’employer et de former des personnes en situation de handicap mental ou cognitif. Le premier Café Joyeux a ouvert ses portes en décembre 2017 à Rennes et depuis 5 autres ont ouvert à Paris, Bordeaux et Lisbonne. En 4 ans d’existence, Café Joyeux a reçu 800 demandes d’ouvertures !

Afin de financer l’ouverture des cafés, une marque de café en grain a été lancée à destination des particuliers et des entreprises. Ces ventes se font sur le site internet de la société qui est à la fois le site institutionnel du projet et le site e-commerce. En 2022, la société souhaite ouvrir 6 nouveaux cafés et dans les années à venir, elle en ouvrira davantage à l’international.  

Une initiative innovante de re-commerce C2B

Veepee, anciennement vente-privee.com, est un site web de ventes événementielles qui existe depuis 2001. En décembre 2020, la société a lancé l’initiative Re-cycle: une vente événementielle inversée. Grâce à un système de collecte, Re-cycle permet aux clients de vendre des vêtements et chaussures qu’ils n’utilisent plus contre des bons d’achat; c’est un système C2B. Veepee va réparer les pièces en bon état afin de les revendre, recycler les pièces trop abîmées et faire des dons à des associations. 

Cette initiative est au cœur de l’économie circulaire et permet à tous les clients et partenaires de s’engager vers une démarche éco-responsable. Depuis son lancement, 100.000 produits ont été collectés en 10 mois, 2/3 des produits récupérés ont pu être mis en vente et 25 tonnes de vêtements et chaussures ont été récupérés au total.

Des points de relais chez particuliers afin de diminuer l’impact environnementale des déplacements

Cdiscount est le leader français du e-commerce avec un volume de chiffre d’affaires de 4 milliards d’euros en 2020. Annuellement, environ 25 millions de colis sont envoyés aux clients. L’entreprise a formé un partenariat avec Welco, une startup lyonnaise qui propose un réseau de 30.000 points relais chez des particuliers (des Welkers). La startup permet aux particuliers de trouver un point de relai proche de leur domicile, ce qui permet aux clients de diminuer leurs déplacements, et donc diminuer leur impact sur l’environnement.

Les premiers tests ont été menés à Lyon en septembre dernier en partenariat avec les transporteurs Mondial Relay et Relais colis. Via ces tests, 300 colis ont été récupérés chez 30 relais particuliers différents. La note de ce service a été de 4,5/5. Cdiscount souhaite étendre cette initiative dans le reste de la France et même à l’international.

3 questions à Philippe Laulanie, Directeur Général de CB

Philippe Laulanie est le Directeur Général de CB, et membre du jury de la 15ème édition du Grand Prix Les Favor’i, diffusée le 10 février prochain sur BFMTV. Au travers de cette entrevue, Philippe nous fait part de l’importance de l’e-commerce pour CB: “le e-commerce 2021, c’est en nombre, plus de 2 milliards de transactions CB et en montant, plus de 100 milliards d’€”, et de sa vision pour l’évolution du e-commerce vers toujours plus d’omnicanalité mais aussi plus d’humain. 

1. Pourquoi êtes-vous partenaire de la Fevad et de l’événement des Favor’i?

Le commerce en général et le e-commerce en particulier sont depuis toujours des partenaires de prédilection de CB. Ils sont intégrés et participent via leurs fédérations professionnelles à nos instances de travail et de prospective chez CB. Nous sommes fiers que le paiement par carte et maintenant par mobile contribue à son niveau à l’essor du e-commerce par sa facilité d’usage mais aussi de sécurisation des transactions.

Concernant notre relation avec la FEVAD, elle est aussi historique. CB a accompagné depuis sa création le développement de la vente à distance et du commerce électronique. La carte CB est devenue très rapidement le moyen de paiement préféré en France pour les paiements en ligne.

Aujourd’hui, le commerce est de plus en plus omnicanal : notre conviction historique est que physique et digital sont complémentaires et doivent naturellement s’interfacer pour que le commerce devienne phygital.

La COVID a d’ailleurs accéléré cette tendance : un grand nombre de nos concitoyens ont pour la première fois acheté sur internet pendant la crise sanitaire. De nombreux commerçants de

proximité se sont convertis au «click and collect», terme qui a fait son entrée dans le dictionnaire cette année, pour limiter les impacts des fermetures pendant les périodes de confinement ou de couvre-feu. Je suis persuadé que cette relation entre le commerce physique et à distance va continuer à s’intensifier.

Le partenariat avec le Grand Prix des Favor’i était pour CB une évidence : valoriser les sites e-commerce les plus prometteurs, les plus innovants, les plus inclusifs et socialement responsables est cohérent avec l’ADN de CB incubateur d’innovation et d’inclusion sociale et territoriale depuis sa création en 1984. CB est une entreprise citoyenne. Contribuer à rendre le paiement et le commerce plus responsables s’inscrit dans notre feuille de route et c’est pourquoi, nous sommes très attachés à participer à mettre à l’honneur au travers de cet évènement les démarches éco-responsables développées par les sites e-commerce français.3

2. Quelle est l’importance de l’e-commerce dans le total des transactions CB ? Pensez-vous que ces transactions continueront d’augmenter ? Si oui, pourquoi ?

La carte CB s’est imposée très rapidement comme le moyen de paiement le plus utilisé pour les achats en ligne en France à la fois pour sa praticité et sa sécurité. En 2010, les transactions CB en e-commerce représentaient environ 2,5% du total des transactions CB. En 2021, elles pèsent plus de 15% sur un total d’environ 13 milliards d’opérations. En chiffres-clés, le e.commerce 2021 c’est en nombre, plus de 2 milliards de transactions CB et en montant, plus de 100 milliards d’€. La croissance des paiements CB en ligne a accompagné très naturellement la croissance du e-commerce dans le commerce de détail français. Cette croissance des paiements CB va sans nul doute se poursuivre au rythme du développement du e-commerce mais il sera de plus en plus difficile de faire la distinction entre paiement en ligne et paiement en magasin. Un paiement associé à un click and collect peut être un paiement en ligne si le paiement est réalisé à la commande ou un paiement «physique» si le paiement est réalisé au retrait du bien. Un paiement via un wallet en magasin peut être un paiement digital bien que l’achat soit réalisé dans un commerce. Avec le développement du phygital, les frontières vont s’estomper entre paiement/achat e-commerce et paiement/achat dans le monde physique. Au centre de ces nouveaux parcours-clients devront demeurer la confiance, la sécurité des transactions et l’intégrité des données. CB avec la FEVAD sont au cœur de cet enjeu à travers notamment la mise en œuvre des nouvelles règles d’authentification forte de la DSP2 et la solution FAST’R by CB.

3. Pourquoi êtes-vous partenaire de la Fevad et de l’événement des Favor’i?Comment voyez-vous l’e-commerce évoluer dans les mois à venir ?

En continuant à s’appuyer sur la sécurité, la confiance et sa croissance, le futur du e-commerce est assuré.

L’omnicanalité est devenue un must have pour le commerce quelle que soit la taille. Aujourd’hui les marques et les enseignes se déploient au-delà du web sur tous les médias et notamment les réseaux sociaux.  Des nouveaux modes de consommation vont se développer avec notamment l’intégration, dans les parcours clients, de nouveaux équipements comme les objets connectés par exemple.

Mais au-delà de ces évolutions et innovations technologiques, un des grands enjeux de demain sera d’intégrer plus d’humain dans ces nouveaux modèles et parcours phygitaux.

fr_FRFrench