Lancé en septembre 2018, lafourche.fr commercialise des produits biologiques – épicerie, boissons, hygiène, entretien, vrac, santé, cosmétiques -, en divisant par 4 ses marges commerciales. . Grâce à un système d’abonnement tarifé 59 euros/an, l’entreprise revendique ainsi des prix entre 25% et 50%​ moins chers qu’en magasin. Ce modèle de distribution vise à rendre le bio plus facilement accessible aux Français.

Présentation de l’initiative

La Fourche s’est fixée pour mission d’encourager la consommation responsable. Dans le but d’aider les consommateurs à effectuer des arbitrages d’achats pertinents, l’entreprise fournit diverses informations autour des produits qu’elle commercialise. Ainsi, sur chaque fiche produit figure une présentation du producteur, ainsi qu’un texte détaillant les raisons qui ont motivé le site à le référencer. En prime, le site affiche le score de l’application Yuka auprès de chaque produit.

Dans cette démarche d’information, l’entreprise a franchi un nouveau cap le 1er septembre dernier. En effet, La Fourche a eu l’idée d’afficher l’empreinte carbone de 1 500 produits alimentaires qu’elle commercialise, doublée d’une note carbone. L’objectif de cette initiative est de permettre aux clients de connaître en un coup d’œil quel est l’impact carbone du produit qu’ils sont entrain de choisir.

De la part d’un distributeur, le calcul de l’empreinte carbone des produits vendus, est une première en France.  Une initiative qui a nécessité une année de travail.

Pour parvenir à un tel résultat, La Fourche s’est associée à Etiquettable, une application collaborative de cuisine durable conçue par le cabinet de conseil en développement durable « ECO2 Initiative », en partenariat avec l’Ademe, qui a fourni un grand nombre de données. 

  • Comment le calcul de l’empreinte carbone a-t-il été effectué ? Il repose sur l’addition des émissions de gaz à effet de serre générées par la production, la transformation, le stockage et le transport de chacun des ingrédients présents dans le produit alimentaire étudié. A tout ceci s’ajoute ensuite les émissions générées par l’emballage dans lequel est placé le produit fini. Le client peut ainsi apprendre que des tomates biologiques produites sous serres hors saison et en France génèrent presque 10 fois plus de CO2 que des tomates importées d’Espagne.
  • La note carbone pour sa part, s’échelonne de A+ à E. A+ est la note correspondant à l’empreinte carbone la plus faible, et E est attribuée aux produits dont l’empreinte carbone est la plus élevée.

Bilan de l’implémentation

Cette initiative permet aux clients de connaître en un coup d’œil quel est l’impact carbone du produit qu’ils sont entrain de choisir. Elle a été saluée par plusieurs dizaines de mails de félicitations d’adhérents, et a été reprise par de nombreux médias de presse écrite et télévisée (La quotidienne de France 5,  Télématin, le magazine We Demain, Novethic, Bio Linéaires, ou encore France Inter).

A ce jour, plus de 90 000 visiteurs uniques se sont rendus sur le site depuis le lancement de l’initiative, et environ 60% d’entre eux sont allés sur une page produit où la note carbone est affichée.

La Fourche compte par ailleurs 7 000 membres adhérents.

Perspectives de développement

Déjà présente en France, en Belgique et au Luxembourg, La Fourche a des velleités de développement encore plus internationales, et entend reproduire cette initiative dans tous les pays dans lesquels l’entreprise se lancera.

Pour 2018, l’entreprise tablait sur un chiffre d’affaires de plusieurs centaines de milliers d’euros